Madame de Sévigné   1626-1696


Madame de Sévigné était une femme de lettres

Madame de Sévigné se nommait Marie de Rabutin-Chantal, femme de lettres, qui naquit à Paris le 5 février 1626 d'une famille aisée.

 
Son père, le Baron de Chantal, fut tué à la guerre le 22 juillet 1627 et sa mère née Coulanges mourut en août 1633.

Elle fut confiée à ses grands parents maternels qui disparurent à leur tour. Son oncle maternel, Philippe de Coulanges prêtre à Livry en prit la tutelle.

Elle était très belle et séduisante en plus d'avoir une belle fortune. Son cousin Bussy voulait l'épouser mais le futur cardinal de Retz proposa le marquis de Sévigné un noble de Bretagne. Les noces eurent lieu à Paris le 4 août 1644.

Ils revinrent à paris en 1646 et une fille vint au monde le 10 octobre. On la nomma Françoise. En 1648 naquit leur fils Charles.

A Paris, Madame de Sévigné fréquenta l'Hôtel de Rambouillet pendant ses meilleures années. Mr de Sévigné très galant et indiscipliné, se fit tuer en duel le 4 février 1644.

Les soupirants étaient nombreux, on peut compter parmi eux, Turenne, le prince de Conti et même le surintendant Fouquet. Cela faisait beaucoup jaser, mais Madame de Sévigné se consacra aux soins de ses enfants.

Elle vivait à Paris et recevait des amis bien choisis comme Mme de la Fayette, la Rochefoucauld, Emmanuel et sa femme, le Cardinal de Retz pour ne nommer que ceux-là.

Elle allait parfois à la Cour et ramassait tout ce qu'elle pouvait des conversations qu'elle entendait et s'en servait pour écrire ses fameuses lettres. Elle commença à écrire ses lettres à l'âge de 45 ans. Elles étaient surtout adressées à sa fille qu'elle idolâtrait, mais aussi à d'autres personnes.

Elle fut atteinte de rhumatismes et voyagea à plusieurs endroits selon le climat. Elle aimait visiter sa fille, mais celle-ci était hautaine, froide et indifférente et des conflits en résultaient souvent.

Lorsque son fils se maria, elle partagea tous ses biens entre ses deux enfants en ne se réservant que quelques rentes. Elle était bonne mais ne s'attendrissait pas inutilement. L'amour n'était pas non plus un point sensible chez elle, mais l'amitié tenait une place essentielle dans sa vie.

Elle lisait beaucoup. Des auteurs comme Rabelais, Montagne, Pascal, St-Augustin et Bossuet.

Le recueil de ses lettres est le plus important et le plus remarquable du XVIIe siècle. Elle nous fait connaitre la Cour et le monde de ce temps comme personne n'a pu le faire mieux qu'elle.

En 1696 s'étant rendue à Grignan pour soigner sa fille très malade, Madame de Sévigné mourut le 17 avril. Son corps repose sous une dalle de l'église Saint Sauveur à Grignan.
 

Célèbres

Abbé Pierre
Aloïs Alzheimer
André Ampère
Anne Boleyn
Antoine Furetière
Barbe Noire
Benjamin Franklin
Blaise Pascal
Bossuet
Cardinal de Retz
Caroline Aigle
Charles Baudelaire
Charles Darwin
Charles Perrault
Claude Debussy
Dwight Eisenhower
Félix Leclerc
Fénelon
Fontenelle
François de la Rochefoucauld
Georg Friedrich Haendel
Giacomo Puccini
Greta Garbo
Guez de Balzac
Honoré de Balzac
Jean Baptiste Lully
Jean Chapelain
Jean de la Bruyère
Jean de La Fontaine
Jean de Rotrou
Jean Racine
Jean Sébastien Bach
Joe Dassin
Joseph Goebbels
Madame d'Aulnoy
Madame de la Fayette
Madame de Maintenon
Madame de Sévigné
Madame Leprince de Beaumont
Madeleine de Scudéry
Marie Jeanne l'Héritier
Molière
Nicolas Boileau
Paul Scarron
Philippe Quinault
Pierre Bayle
Pierre Corneille
Pierre Gassendi
René Descartes
Saint-Amant
Saint-Evremond
Saint Simon
Sissi
Toulouse Lautrec
Vincent Voiture

Plan du site

 
 

@2009-2012